Au 1er janvier 2015, un nouveau système est entré en vigueur pour les récidivistes commettant les infractions routières les plus graves (combinaison de conduite sous l’influence de l’alcool, conduite sous l’emprise de drogues, délit de fuite, conduite sans permis de conduire, infractions du quatrième degré, graves excès de vitesse et l’usage d’un détecteur de radars). Une condamnation pour deux de ces infractions durant une période de trois ans signifie obligatoirement une déchéance du droit de conduire et des examens de réintégration (au plan théorique, pratique, médical et psychologique).